En savoir plus (Attention spoiler)

Se récit est évidemment entièrement fictif mais je me suis cependant inspiré de faits réels.

Tomber d’un avion et survivre

J’ai eu un professeur de sport qui a réussi l’exploit de le faire deux fois. Ce passionné de deltaplane a commencé par chuter de plusieurs centaines de mètres pour atterrir dans des sapins et un bon matelas de neige ce qui lui a tout de même valu plusieurs fractures et quelques mois de rééducation.

Sa deuxième chute relève du pur miracle. Il est tombé d’un ballon captif à plus de cent mètres de hauts pendant un meeting aérien. Sa chute a été en partie freinée par un morceau d’aile delta. Il est tombé sur un camion frigorifique dont le toit en aluminium a prit la forme de son corps. Le lendemain en cours de sport, il nous a raconté en riant, la tête ahuries des spectateurs quand ils l’ont vu se relever comme si de rien était.

La chaîne youtube Stardust (que je vous recommande pour la qualité de ses documentaires) propose une vidéo sur d’autres cas de survie après une chute vertigineuse.

 L’anecdote du largage de troupe aéroportées russes dans les champs de neige et lui aussi authentique mais je n’arrive pas à retrouver les références de cet article lu dans « Terre Information Magazine » il y a fort longtemps.(Avant 2002)

Survivre en montagne

Résister aux conditions extrêmes des hautes altitudes n’est pas donné à tout le monde et beaucoup de montagnards ne supportent pas les conditions difficiles entre le froid et la manque d’oxygène.

Paul, Antoinette et Nathanaël ont eu beaucoup de chance de s’en tirer notamment sans engelures. A haute altitude le corps réagit au manque d’oxygène en concentrant le sang sur les organes vitaux. Les extrémités des membres ne sont donc plus autant chauffé que d’habitude et gèlent plus facilement. Ces blessures peuvent nécessiter l’ablation du membre et dans le pire des cas des gangrènes qui peuvent conduire à la mort.

Ce problème n’arrive pourtant pas toujours. Et il existe des cas de survie assez spectaculaires. Je me suis beaucoup inspiré du calvaire vécu par cette équipe de rugbymen uruguayens qui ont été victime d’un crash aérien dans la Cordillère des Andes en 1972. Ils ont du survivre 71 jours à plus de 3500m d’altitudes. Comme indiqué dans le roman, ils n’ont eu d’autres solution que de manger le corps des victimes pour survivre.

Au bout de soixante jours, deux survivants ont entrepris d’aller chercher des secours. Il leur a fallu faire un raid incroyable de 10 jours à travers les montagnes avant d’atteindre enfin une zone habitée.

Vous pouvez trouver de nombreux reportages sur cet accident d’avion. Je vous recommande le livre et le film de Piers Paul Read.

Voici l’article de Wikpedia

Livre : Les survivants – Piers Paul Read

Film : Les survivants 1993

Je me suis aussi largement inspiré de mon expérience personnelle en montagne et ultra trail pour la description des marches et des difficultés traversés par les trois héros lors de leur raid sauvage.

Henry Guillaumet

Le 12 juin 1930 l’aviateur de l’aéropostal Henry Guillaumet se crashait dans la cordillère des Andes. Son ami Antoine de Saint-Exupéry relate l’histoire de son calvaire dans son livre « Terre des Hommes ».

On ne retient généralement de cette aventure que la phrase « Ce que j’ai fait, je te le jure, jamais aucune bête ne l’aurait fait ». Ce qui porte à conclure, à tort, qu’il était allé au-delà de ce qu’une bête aurait supporté et donne l’impression que survivre consiste à retourner à un état primitif.

Henry Guillaumet voulait cependant exprimer une idée très différente. S’il a survécu là où aucune bête n’aurait résisté c’est justement par son humanité. Il expliqua : « Après deux, trois, quatre jours de marche, on ne souhaite plus que le sommeil. Je le souhaitais. Mais je me disais : Ma femme, si elle croit que je vis, croit que je marche. Les camarades croient que je marche. Ils ont tous confiance en moi. Et je suis un salaud si je ne marche pas »

Faire du feu avec deux bouts de bois

La description est authentique, j’ai eu la chance de connaitre l’émerveillement de Paul au moment ou la petite braise obtenue en frottant deux morceaux de bois se change en flamme. C’est une expérience magique que je vous souhaite de tenter. Si la description du roman n’est pas claire voici une vidéo d’explication.

Attention si vous voulez le faire en camp, il faut que le bois soit vraiment sec.

Manger des grenouilles

Cette anecdote est authentique, la patrouille du Renard de la 1ère Nautique L’Isle Adam  a agrémenté ses repas de grenouilles du marais voisin pendant le camp d’été en Pologne en 2016. Nous avons découvert peu après qu’elles étaient protégés…

 La drogue en Argentine

L’Argentine n’est pas connue pour ses trafic de drogues, c’est pourtant l’une des plaques tournantes du transit de la drogue en Amérique du Sud.
Voici un article du journal Le POINT
Toutes les informations concernant l’incarcérations des otages, l’existence de Miquel et Ciro sont fictives.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *