L’adoption dans tout ses états.

Page 33 et 34, Astair annonce à Adrien qu’il a trouvé des parents d’adoption. S’en suit une discution assez surprenante sur les expériences traumatisantes vécues par Adrien.

Fiction ? Dystopie ? Apparemment les USA ont déjà commencés.

Pour en rajouter dans le sordide, les parents adoptifs se lassent rapidement et remettent les enfants « sur le marché ».

Lire aussi cet article du Point : États-Unis : sur Internet, une bourse d’échange pour enfants adoptés

Voici l’extrait du livre (si vous n’avez pas encore pu lire le Groupe Clandestin)

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *