Scoutisme et régimes totalitaires

Depuis l’apparition du scoutisme, les régimes totalitaires ont systématiquement remplacé le système scout par un vague copie entièrement dédiée au régime et son idéologie. Dans la majorité des cas, les associations scoutes ont été fermées et leurs chefs arrêtés. Quand cela n’a pas été possible. Les régimes ont transformés* le scoutisme local de manière à le rendre compatible à ses principes.

Des copies de scoutisme

La pédagogie par le jeu, le système des patrouilles, l’apprentissage des responsabilités ou la vie dans la nature ont généralement été récupéré au détriment d’autres principes qui font pourtant la spécificité du scoutisme et principalement la formation du caractère.

Le scout, un homme libre et autonome.

L’idéal scout est incompatible avec le système totalitaire parce qu’il défend une éducation ouverte entièrement dédiée à l’épanouissement du jeune au sein de sa patrouille au lieu d’être entièrement tournée vers un culte du régime et son idéologie.

La formation du caractère de la pédagogie scoute porte sur des réflexes largement opposé aux mécanismes de propagande et à la démagogie. Dans son livre « La route du Succès » (Chapitre : « le 4ème Écueil »), le fondateur du scoutisme, Lord Baden Powell insiste pour que chaque scout entretienne son libre arbitre et s’applique à avoir pour toute chose, une réflexion posée et argumentée avant de débattre « inutilement ». Il exhorte les jeunes à toujours prendre en considération les différents points de vue avant de se forger une opinion et d’éviter de suivre les « beaux parleurs », et les extrémistes.

En plus d’être incompatible, le scoutisme représente un danger réel pour les régimes totalitaire car il apprend aux jeunes à s’engager dans la société, non pas pour assouvir leur ambition personnelle, mais par simple esprit de service. Le chef scout prend alors un ascendant sur la communauté, qui peut se révéler subversif pour le régime totalitaire en devenir.

Loin du mouton qui suit bêtement le troupeau, le scout constitue ainsi une menace au totalitarisme qui ne peut que considérer le scoutisme comme un obstacle qu’il faut supprimer au plus vite. En Allemagne comme dans les pays de l’Est, les mouvements ont donc été interdits et les chefs envoyés en camp ou goulag. Il en a été de même en Italie sous Mussolini ou dans l’Espagne de Franco, etc.

*Un mouvement scout transformé. A la libération, les soviétiques ont instauré des régimes communistes dans les pays d’Europe de l’Est. Dans la majorité des cas, les mouvements scouts ont été condamné et fermé. Leurs chefs déportés. La Pologne est cependant une exception. Les scouts bénéficiaient d’une immense popularité depuis leur participation très active à la résistance et plus précisément à l’insurrection de Varsovie contre les nazis. Il était impossible de les interdire, alors les communistes ont progressivement pris le contrôle de l’association par l’intérieur pour écarter les cadres scouts et en faire un mouvement d’état, conforme aux idéaux du régime.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *